Download PDF Dune rive à lautre (French Edition)

Free download. Book file PDF easily for everyone and every device. You can download and read online Dune rive à lautre (French Edition) file PDF Book only if you are registered here. And also you can download or read online all Book PDF file that related with Dune rive à lautre (French Edition) book. Happy reading Dune rive à lautre (French Edition) Bookeveryone. Download file Free Book PDF Dune rive à lautre (French Edition) at Complete PDF Library. This Book have some digital formats such us :paperbook, ebook, kindle, epub, fb2 and another formats. Here is The CompletePDF Book Library. It's free to register here to get Book file PDF Dune rive à lautre (French Edition) Pocket Guide.

Callaud 4 et fauteur 1 et 2. XIV, fig 4, et PI. Dans la collection de M. XV, fig. Retouchoir face dorsale. XVI, fig. XVIII, fig Gros , et par l'auteur , Hamy 3 et H. Les dunes de Vrimetz, qui bordent le rivage au N. En , Ern. L'industrie en silex recueillie par Ern. Cousin 2 et Ern. Barrois, Membre de l'Institut, a bien voulu me dire qu'au cours d'une excursion, qu'il a faite jadis aux Noires Mottes en compagnie d'Ern.

Barrois aux Noires Mottes. En , MM. Voir Bull. Boulogne, t. XI, , pp. LI, , pp. Abel Briquet. Armand XLVII, , pp. XI, p. Edmond Hue. Voir : J. XXI, fig. XXV, a' 3, mars , pp. Stations tardenoisiennes pures Bull. I83fr Fig. Hamal- Nandkin, J. Servais et Mana Louis. Raoul Daniel. Bull, Soc. VII fig. Commandant Octobon. XXVI, if 4, avril , pp. VII p. Vayson de Pbadennb et de M. Voir aussi : A. Vayson de Pradennb. Vayson de Phadenne. Voir aussi : Bull. XXV, n- 9, sept. VIII p.

La Station de Vieilles Hamal- Nandrin, J. Servais et Maria Louis. Bull, Soe. V11I p. Voir J. Brive, Impr. Principales stations du Tardenois. XXI, n" , juill. XVI p. Servais et Maria Louts. Vayson de Pradenne. Voir fig. R Daniel. XIII ip. Voir p. XXIV, , pp. Georges Dubois. XXXI, , pp. Se, t. IX, , pp. IV et V.

Jean-Yves Bosseur: D'une rive à l'autre | Presto Sheet Music

Lors monterent tant de gent desus por la grant angoisse que il avoient dassaillir que li chastiaus de fust qui estoit foibles froissa tout et chei a terre. Bien i ot que morz que bleciez jusque a cent des noz; aucun cheirent sur le hordeiz des murs de la ville que li Tur pristrent et tantost les pendirent voiant nostre gent aus forches que il drecierent sur les murs. Nostre gent en orent mout grant desdaing et grant corrouz por ce comencierent a assaillir si asprement come se chascuns preist touz seus le despit sur soi.

Il drecierent les eschieles aus murs si que cil dedenz ne se savoient de quel part garder. Mout avoient grant peor que il ne veissent les noz sur les murs tantost avec eus; il se desespererent et envoierent au Roi messages. Si firent tant vers lui que il les en lessa aler hors touz saus et mener leur femmes et leur enfanz; leur muebles emporterent et les fist conduire jusqua Escalonne. Il entra eu chastel darsur qui nestoit mie gueres damagies puis le garni mout bien de gent darmes et de viandes; puis sen parti dilec.

En cele marine meismes siet une cite qui a non Cesaire. Ele fu apelee anciennement la Tor Straton; mes li vieus Herodes la crut mout et amenda de riches heberjages; et por lenneur dauguste Cesar vout quele fust apelee Cesaire et por lenneur de celui meismes establi que ce fust la mestre cite de la seconde Palestine. Cest uns lieus qui a grant plente de bones eaues coranz; por ce i sont li bon cortillage. Ni a mie port de mer et si trovons nos lisant que Herodes qui ama la ville se traveilla trop et mist merveilleus coust coment nes si poissent reposer; mes nen pot venir a chief.

Quant li Rois vint la o tout son ost par terre et la navie laloit costoiant par la mer il assistrent cele cite de toutes parz; tantost drecierent perrieres et mangoniaus assez et comencierent grosses pierres a giter aus hordeiz des murs et des tors et fere granz frois de mesons parmi la ville. Devant les portes aus barbacanes leur fesoient sovent li nostre de granz assauz de pres aus glaives et aus espees si que dedenz ne dehors li Tur ne pooient avoir seurte ne repos.

Endementres li nostre firent un chastel de fust mout fort qui estoit plus hauz que toutes les tors de la ville si que cil qui estoient eu derrenier estage pooient viser a trere dars et darbalestes la ou leur plesoit en la cite; einsi dura cil assauz quinze jors. Au derrenier saperceurent nostre gent que cil de la ville estoient mauves et coart et mol et desausez darmes por la longue pais quil avoient eue; de jor en jor les trovoient aus defenses plus fains et plus lasches si que bien virent quil estoient tuit lasse des travaus que il avoient souferz.

Por ce sentrecomencierent li nostre a sentresemondre et haster de bien fere; tuit ensemble aprochierent des murs et drecierent eschieles; si comencierent li nostre a assaillir si asprement que cil de la cite sen esbahirent tuit et se desconfirent si par eus por la poor de mort quil avoient quil ne sosoient mostrer aus murs. Quant nostre gent le sorent il saillirent sus tantost en pluseurs parz porprenent les murs et les torneles.

Une partie deus descendi en la cite puis ovrirent les portes la endroit ou li Rois estoit dehors; si que il entra enz o toute sa bataille. Lors veissiez les pelerins par la ville corre et metre a mort quanque il encontroient des Turs petiz et granz. Les mesons brisoient; premierement estoit ocis li sires et toute sa mesniee; apres brisoient les huches et les huis por trover les gaanz richeces de quoi il i avoit trop. Assez i avoit des Turs qui cuidoient eschaper vis; por ce transglotissoient les besanz ploiez et les riches pierres precieuses.

Quant nostre gent le sorent si comencierent tout a ocirre et cerchoient les boiaus ou il trovoient tele eure fu grant avoir; por ceste achoison en i morut mainz que len eust garde vis se ce ne fust. Repostaille queroient li citeien de la ville par tout la ou il cuidoient eschiver la mort. Il avoit en une des parties de la ville un temple que Herodes avoit jadis fet eu non dauguste Cesar et estoit de trop riches euvres fez touz peinz a or musique.

La sestoient feru de ceus de la ville tant come il en i pooit entrer; il cuidoient estre a sauvete por ce que cestoit leu doroison. Nostre gent a pie brisierent ce temple puis entrerent ens li un et li autre tuit ensemble; touz les ocistrent quanque il en avoit. Du sanc i avoit tel plente que len i avenoit jusques en mi la jambe. Hideurs estoit trop grans de veoir ensemble tantes genz ocises. La dedenz fu trouvez uns vessiaus de pierre verz et clers assez de trop grant biaute fez einsi come uns tailloers.

Li Genevois cuiderent et cuident encore que ce soit une esmeraude; por ce le pristrent a leur part du gaaing de la ville por trop grant some davoir; il len aporterent a leur cite et mistrent en la mestre eglise ou il est encore. Len i met la cendre que len prent le premerein jour de caresme et le mostre len einsi come por une riche chose; car il dient veraiement quil est esmeraude. Einsi furent ocis cil de la ville.

Puceles et enfanz petiz i garda len aucuns touz vis. Lors fu comande de par le Roi que touz li gaains fust aportez en un lieu.

Editorial Reviews

Quant ce fu fet li Genevois orent leur tierce partie; li Rois prist les seues deus. Ilec premierement avint que li pueple des pelerins qui avoit este povres et soufraiteus au venir devint riches et combles de ce grant gaaing quil avoient fet en la ville. Len amena devant le Roi les deus baillis de la ville: li uns sentremetoit de garder la forteresce et datirier les choses qui apartienent a guerre.

Teus bailliz a non en leur langage Emir: li autres sentremetoit de tenir les plez et de fere droit a ceus de la terre qui avoient contenz entreus et cil a non el pais Cadus. Len dist au Roi quil auroit de ces deus grant raencon; por ce comanda quils fussent mis en aneaus et bien garde. Li Rois navoit mie grant loisir de sejorner ilec car si grant afere come il avoit par la terre ne le lessoient mie gramment reposer. Aincois quil sen partist fist il eslire arcevesque en la cite un clerc qui avoit non Godefroi de son pais estoit et avec le duc Godefroi estoit venuz en pelerinage.

Lors lessa de sa gent tant com mestiers fu por garder la ville; et il sen ala hastivement vers Rames. Rames est une cite assise en mout grant plains assez pres dune autre qui a non Lidde. Len ne trueve mie que ceste soit mout anciene citez; aincois dient les estoires que puis le tens Mahomet li prince darrabe la fonderent. Eu tens que li pelerin vindrent en la terre ele estoit grant cite bien close de murs et de torneles et mout i avoit plente de gent.

Mes puis que nostre baron se comencierent a espandre par le pais cil qui dedens estoient se douterent porce que la ville nestoit mie aceinte de fossez et devant la porte navoit nules barbacanes. Pour ce ne soserent fier en teus forteresces si sen foirent dedenz Escalonne qui estoit mieuz fermee. Quant li Rois et nostre gent vindrent devant cele ville il la troverent toute vuide. Quant il entrerent enz bien virent que trop estovroit a lessier de gent por tenir si grant ville; por ce firent a une part de la cite un chief de chastel et fu mout hastivement fete cele forteresce bien close de mur et de fosse; puis mistrent dedenz bone garnison.

Une renomee coroit par la terre qui nestoit mie mout loing de la verite. Car bien fu seu que li califes degypte avoit un suen connestable envoie atout mout grant plente de gent vers Escalonne a qui il avoit comande si come il estoit sires et poissanz que il alast hastivement vers ces parties et quist tant que il trouvast ce pueple povre et chetif qui de lointeines terres estoit venus por troubler son roiaume.

Grant desdaing avoit por ce quil estoient ose entrer en sa terre; por ce li comandoit si chier com il avoit son cors que il ni remainsist nul que il noceist ou li amenast en liens. Cil sen vint por fere le comandement son seigneur; de chevaucheeurs amena onze mille de genz a pie vinz mille. Quant li Rois oi ceste novele ce fu la chose por quoi il se parti plus tost de Cesaire car il douta que cele gent se fiassent tant de leur pooir que il venissent gaster la terre entor Jherusalem.

Por ce vint en la ville et les atendi bien un mois. Mes quant il vit que il ne vendroient mie il sen retorna a Japhe. Quant ce vint le tierz mois apres la gent degypte de quoi vos ai parle douterent mout le courrous a leur seigneur porce quil avoient tant sejorne; si atonerent leur genz et deviserent leur batailles por entrer en la terre le Roi et por combatre a lui se il les osoit atendre.

Quant li Rois sot ceste novele par les espies que il avoit il se hasta de concueillir tant de gent com il pot avoir et assembla son ost entre Rames et Lidde. Il ot deus cenz et soissante chevaucheeurs por tout; de genz a pie neuf cenz: et quant il sot que leur anemis chevauchoient encontreus il fit de sa gent sis batailles et sadreca la ou il les sot.

La vraie croiz aloit avant que uns abes mout religieus portoit en ses mains. Tant chevauchierent que il sentrevirent; et li Rois qui estoit mout bons crestiens pria Nostre Seigneur de vrai cuer que il par sa sainte pitie feist miracles celui jor por ennorer sa foi; car bien savoit len que combatre de si petit pueple a cele grant gent nestoit mie emprise dont len poist venir a chief se il ni vouloit ovrer.

Quant il ot einsi fete soroison tout autresi come se Nostre Sires li eust envoie son secors et saide fu il seurs et hardis. Lors comanda que sa premiere gent poinsissent de par Dieu et se ferissent en leur anemis: cil le firent isnelement. Lors comenca la bataille fiere et cruele: onques mes ne vit len si poi de gent tant fere darmes.

Li Tur se defendirent mout asprement: bien savoient que deca et dela sur leur testes estoit la besoigne. Les premieres batailles des Turs desconfirent une des noz et les mistrent a la voie; tant la chacierent quil ocistrent presque touz ceus qui la estoient. Les autres batailles de nostre gent se contindrent mout bien toutes assemblerent assez en ocistrent de leur anemis.

Li Rois aloit parmi les presses et se prenoit garde liquel avoient greigneur mestier daide; la se demoroit et fesoit merveilles darmes; touz les passa le jor par droite proesce. Il refreschissoit touz les cuers a ceus qui regarder le vouloient.

Mout ot la bataille longuement dure tant que leur chevetaines li connestables au Calife qui les Turs i avoit amenez fu ocis; lors se desconfirent ses genz et tornerent en fuie. Quant li Rois vit cele desconfiture mout ot grant joie: lors comanda a sa gent si chier com il avoient leur vies que nul nentendist au gaaing aincois chacassent ceus qui senfuioient et oceissent quanque il porroient aconsuire. Il meismes estoit premiers et tout abatoit quanque il ateignoit. Bien dura cele chace huit miles jusquil vindrent devant Escalonne et que il comenca a anuitier.

Lors fit li Rois sonner ses trompes por retorner sa gent et vint eu champ ou il avoient assemble come cil qui avoit par victoire la place gaaignee. Au matin departi le gaaing a sa gent tout a leur gre. Len trouva que des Turs i avoit bien ocis cinq mille; et des nos quant len le conta fu trove quil en failloit soissante et dis a cheval: de la gent a pie en i ot plus perdu.

En la chace que je vos dis que li Tur avoient fete dune de nos batailles il les sivirent ociant jusque vers Japhe; il orent concuelliz les hiaumes et les escuz et les armes de ceus quil avoient ocis et vindrent devant la cite que nostre gent tenoient et leur distrent quil rendissent eus et la ville come cil qui plus ne se pooient tenir; car li Rois estoit morz et touz ceus que il mena avec lui en la bataille ou morz ou pris: ce pooient il bien savoir par les armes de leur gent que il leur montroient qui bien estoient conneues.

La Reine estoit en la ville; quant ele oi que len disoit bien cuida que voirs fust einsi le cuidierent tuit cil qui la estoient. Lors comenca un duel si grant come len devoit fere de tel perte come li Tur leur avoient dite. Li Sarrazin cuidoient vraiement que il fust einsi come il avoient dit. Li sage home qui estoient dedenz la cite de Japhe pristrent conseil et distrent que il estovoit que len envoiast hastivement a Tancre qui tenoit le prince dantioche et li mandast len que la Crestiente de la terre estoit toute perdue se il ni metoit conseil.

Li Rois ot jeu si com je vos ai dit eu champ de la bataille. Quant il fu ajorne si en remena sa gent vers Japhe. Lors avint que tandis com il sen aloient li Tur qui si avoient le jor devant effree la cite de Japhe et sestoient logie devant au matin sen retornerent vers leur gent. Quant il virent de loing le Roi venir atout son ost certeinnement cuiderent que ce fussent li leur qui venissent asseoir la cite car de la nostre gent ne pensoient il quil fust nule parole que touz les tenoient por ocis.

Li nostre les virent venir qui les connurent bien et sadrecierent vers eus. Li Rois touz premerains feri des esperons sa gent le sivirent il troverent ceus si esbahiz que tantost les desconfirent: une partie senfoi les autres ocistrent aucuns en amenerent pris a Japhe. Lors saprocherent de la ville ou len faisoit grant duel. La novele vint a ceus dedenz que genz venoient la; il monterent aus murs et aus fenestres; tant furent la que il virent le Roi et sa gent; lors firent joie si grant come se chascuns fust resuscitez de mort.

Il corurent encontreus parmi les portes hors de la ville. Lors conterent leur mauveses noveles quil avoient oies et volentiers oirent les bones que cil aportoient. Il entrerent en la cite. Grant fu la feste que il firent cele nuit et la joie plus enterine apres le duel. Quant li Rois sot qe la Reine et li preudome de la ville avoient envoie messages a Tancre que il les venist secorre que la terre estoit en si mauves point come len leur avoit dit il prist autres messages et les envoia a lui et porterent ses letres en quoi il le fist certain des bones aventures que Nostre Sires li avoit donees.

Cil message troverent Tancre le vaillant qui ja sapareilloit mout de venir vers Jheusalem; mes quant il oi ces nouveles il tendi ses mains vers le ciel et mercia Nostre Seigneur des granz biens qil fesoit a son pueple. Coment li Baron vinrent en Jherusalem et sen voustrent retorner en leur pais. Grant piece orent demore li baron qui darreinement venoient de France par Antioche. Li Rois oi noveles deus que il ne pooient passer vers Jherusalem et douta mout que li Tur ne leur feissent encombrier au flun du Chien; pour ce prist avec lui genz a cheval assez et savanca por prendre ce pas aincois que leur anemis i poissent venir.

Ce ne fu mie trop legiere chose a fere que aincois que il venist a ce lieu lestut a passer par force delez quatre citez de Sarrazins granz et forz et bien garnies: lune fu Acre lautre Sur la tierce Saiete la quarte Baruth. Quant li Rois leur ot gaaignie ce passage li baron vindrent qui la sestoient areste: Guillaumes li cuens de Poitiers et dux daquitaine; Estiennes li cuens de Blois et de Chartres; Estiennes li dux de Borgoigne; Joufroiz li cuens de Vendosme; Hues de Lisimare freres le conte de Toulouse et pluseurs autres barons et chevaliers qui mout furent joieus de ce que la voie leur fu delivree et de ce meismement que li Rois leur estoit venuz a lencontre qui conduire les vouloit jusques a la sainte cite.

Mout sentrebesierent quant il sentrevirent ensemble si com il sentreconnoissoient. Ne leur chaloit mes des pertes ne des travaus quil eussent soufert porce quil estoient en si bon point de parfere leur pelerinage: si sen alerent droit en Jherusalem tuit ensemble. Porce que li jors de la Pasque estoit pres la se demorerent et firent la feste. Quant il orent sejorne un peu de tens apres distrent quil sen vouloient retorner en leur pais nomeement li cuens de Poitiers qui avoit perdu tout son avoir en Romanie ne trover ne pooit emprunt de quoi il vesquit en la terre; autresi li dui Estiennes de Blois et de Borgoigne.

Tuit sen vinrent a Japhe por entrer ilec en mer. Li cuens de Poitiers entra en sa nef; delivrement passa et sans encombrier vint en son pais. Li cuens de Blois et li dux de Borgoigne entrerent en une autre nef. Quant il orent ja este ne sai quanz jors sur la mer une tempeste les prist qui les ramena arrieres et par force les fist flatir eu port de Japhe. Il les estut ilec a sejorner jusque teus vens venist qui les partist du port. Tandis li Tur descalone assemblerent tant de gent com il porent avoir et des leur et de ceus qui estoient eschape de la bataille; tant quil furent bien. Lors entrerent en la terre a grant orgueil entor Lidde et Rames.

La novele en vint au Roi; il se hasta plus que il ne deust nenvoia mie querre ses genz des autres citez; ceus meismes qui estoient en la ville natendi il pas ainz se fia plus de soi que mestiers ne li fust. Il monta et sen issi; a peines avoit avec lui deus cenz chevaucheeurs. Li cuens de Chartres li dux de Borgoigne et leur compaignons qui la estoient distrent que il ne leroient mie le Roi einsi aler sans eus; meismement de la besoigne Nostre Seigneur se devoient il entremetre ausi com li autre. Navoient mie chevaus por ce les quistrent et les porchacierent a prester et a loer en la ville si come il porent; tant que il furent monte et lors issirent hors.

Li Rois qui estoit trop alez avant a grant desroi quant il ot aprouchiez ses anemis si sesmerveilla de la grant plente de gent que il avoient et se comenca a repentir de ce quil estoit tant alez avant; mes si estoit ja pres deus que hontes li fust se il retornast arrieres et grant cuer donast aus Turs se il por peril de mort les eschivast. Cil qui estoient en lost des Sarrazins plus sages darmes et mieuz connoissanz virent que li nostre venoient a desroi plus quil ne souloient mie fere et que il les aprouchoient sanz tenir route ne bataille: si en orent mout grant joie et greigneur esperance deus desconfire.

Por ce vindrent en conroi tuit ensemble et corurent sus aus noz que il troverent esparpelliez; mout en ocistrent car il ne pooient pas soufrir les fes de si grant route. Nequedent bien virent que noiens estoit deschaper; si se penoit chascuns de soi bien vendre. Lors les veissiez ferir entre ces presses com genz desvees mout en ocistrent tant que li Tur sen esbahirent tuit et pres furent de retorner arrieres; mes quant il se rapenserent que li nostre estoient si pou et li leur tant si repristrent cuer et se comencierent a entresemondre de bien fere.

Lors corurent sus a ceus qui remes estoient des noz si les desconfirent; mout en ocistrent le remenant senfoi a Rames ou il se cuidierent garantir. Ilec furent ocis li dui Estienne li cuens de Blois et li dux de Borgoigne et mainz des autres que baron que chevalier. Mes du conte Estienne fu il mout grant joie de ce que il morut si ennorablement; car il estoit hauz home et sages: grant travail avoit soufert et larges despense fetes par deus foiz en cest pelerinage.

Sanz faille ne sestoit mie bien partiz dantioche dont lede parole avoit este sur lui deca mer et dela; mes bien fu semblant que Nostre Sires le li eust pardone qui tant prist a gre son servise que il soufri que il morust en lui servant. Por ce le doit tenir li siecles a baron haut et ennore car du meffet qui puis fu si rachetez ne doit estre sur lui ne sur son lignage james honte ne reprouches.

Si come li autre sen alerent a Rames de la bataille li Rois se mist dedenz avec eus; car li pais estoit si couverz de Turs que il ne vit mie coment il peust eschiver la mort en autre maniere. Mout fu corouciez de la perte que il ot fete trop fu en grant angoisse coment il porroit garantir soi et les autres qui avec lui estoient; car la forteresce en quoi il estoient receu estoit mout foible et bien savoit que il ne porroit pas contretenir la grant plente de gent qui dehors estoit.

Mout en fu pensis en son lit. Entor mienuit se parti de lost des Turs celeement uns des hauz princes darrabe cil cui femme li Rois avoit si debonnerement atiriee quant ele dut avoir enfant en la chevauchiee que il avoit fete; mout len savoit bon gre guerredon len vouloit rendre en ce point ou il estoit. Il vint a Rames et parla en bas a ceus qui sur le mur estoient et dist quil avoit a parler au Roi paroles privees que il ne voloit dire sa lui non.

Len le fist savoir le Roi qui ne dormoit mie. Il le fist venir avant; cil parla a lui et li dist quil estoit li mariz a cele dame cui il fist si grant bonte quant ele en ot mestier; por ce se recognoissoit mout a redevable vers lui et par grant peril estoit venuz por li dire quil sen issist hors de cele forteresce car sans faille li Tur avoient pris conseil que eus au matin vendroient por prendre cele ville car ele ne se porroit tenir sans aide a eus; devise avoient que tuit cil que len troveroit dedenz seroient livre a mort: por ce looit mout au Roi que il sen alast avec lui car il le metroit a sauvete com cil qui bien savoit le pais.

Li Rois vit que tout estoit perduz se il estoit leanz ou morz ou pris; por ce se fia en celui et sen issi a pou de compaignie car li Turs li avoit bien dit que se il menoit gueres gent si anemi sen apercevroient et porroit estre destorbez. Il sen alerent ensemble tant quil vindrent aus montaignes. Quant li Rois fu asseur cil se parti de lui mout le mercia et son servise li offri en touz leus ou il li porroit valoir. Li oz des Turs fu en mout grant orgueil por la victoire quil avoient eue.

Au matin assistrent la cite de Rames entor; hardiement lassaillirent et la pristrent par force; de ceus quil troverent dedenz firent leur volente le plus en ocistrent aucuns enmenerent liez en prison. Si grant ocision de gentieus homes navoit este eu reigne de Surie en un jor jusqua ce tens. Mout en fu afebloiez li pooirs de la Crestiente en cele terre.

Cil qui plus savoient de lestre du pais en estoient plus esmaie et pensoient a foir de la terre porce que peril estoit de remanoir iluec. Tout eussent lessie le roiaume sanz defense se Nostre Sires par sa bonte ni eust mis conseil; car li pueples de la nostre gent estoit ja mout petiz. Li pelerin qui venoient outre mer ne pooient mie passer legierement en Jherusalem car toutes les citez de la marine estoient aus Turs fors deus: Japhe et Cesaire quil avoient novelement conquises.

Et quant il pooient eschaper jusque la si tost com il avoient fet leur pelerinage et visite les sainz lieus sen retornoient en leur pais; car il connoissoient la foibloite de nostre gent si doutoient estre aucun jor surpris et destruit avec eus. Mout estoit li Rois esbahiz qui toute nuit sestoit repost et tapiz entre les montaignes. Au matin ot avec lui sanz plus deus compaignons: si sen alerent par les plus celees voies quil porent trover; souvent passerent pres de leur anemis a grant peril tant que il vindrent au chastel darsur.

Li Rois fu receuz a grant joie de sa gent qui la estoient. Iluec menja et but por reconforter sa nature car il avoit eu si grant angoisse de fain et de soif que pres quil nestoit failliz et remes en la voie. Dune chose li avint mout bien et sembla que Nostre Sires le feist; car li Tur darrabe fesoient a mout grant bobanz totes leur volentez par la terre: une grant partie deus en estoit ce jor venue devant le chastel darsur; bon poigneiz avoit eu ez barbacanes devant les portes; mout les avoient menaciez; du leur en avoient mene ce quil troverent hors des murs.

Un seul petitet ainz que li Rois venist sen estoient parti. Si len avint bien car sil i fussent encore ne leur poist estre eschapez li Rois quil ne fust pris. La nouvele fu espandue par le pais que li Rois estoit morz car un pou de gent qui de la bataille estoient eschape vindrent fuiant jusquen Jherusalem et cil disoient sanz faille que li Rois avoit este ocis avec les autres. Li evesques de Lidde qui pres de lui avoit oie la desconfiture de Rames et locision des Crestiens si avoit lessie leglise et sen estoit foiz a Japhe. Len li demanda noveles du Roi il respondi quil nen savoit riens mes ce savoit il bien que tuit cil qui dedenz Rames sen foirent estoient ou mort ou pris: il meismes sen estoit afoiz por eschiver la mort.

En ceste maniere fesoient grant duel par tout le roiaume. Tuit pleuroient por le Roi qui perduz estoit ne ni avoit celui qui de soi meismes neust peor. Li plus sage home vousissent estre mort porce quil doutoient a veoir le mal et destruiement de la Crestiente. Tandis come tous li pueples estoit en cele doleur li Rois se mist en une nef et vint darsur a Japhe et sodeinnement leur aparut ausi come lesteile matineus qui nonce que li jorz est pres. Lors furent tuit si lie que cil qui ploroient avant de duel plorerent ore de joie; toutes oublierent leur doleurs; grant esperance orent que Nostre Sires leur envoieroit confort.

La renomee corut par la terre que li Rois estoit venuz sains et haitiez; partout en firent grant joie. Lors envoierent messages cil de Jherusalem a Huon de Saint Omer le seigneur de Tabarie et li manderent quil venist secorre le Roi. Il issi fors de sa cite atout quatre vinz chevaucheeurs et vint jusqua Arsur por aidier le Roi. Li Rois qui estoit a Japhe loi dire lors issi encontre lui o tant de gent com il pot avoir car il doutoit que li Tur ne le guetassent en la voie por ocire ou en ississent tout apertement por combatre a lui.

Tant ala quil vindrent ensemble; grant joie sentrefirent puis retornerent a Japhe. Li Rois envoia messages a sa gent qui estoient ez montaignes et leur manda quil le venissent secorre. Cil vindrent hastivement mes non mie par la droite voie que leur anemis estoient entre deus; por ce vindrent par dehors a grant peril que sovent encontroient de leur anemis; toutesvoies entrerent dedenz Japhe sanz riens perdre. Cil qui novelement estoient venu avoient bien quatre vinz et dix chevaucheeurs. Quant li Rois le sot mout en fu liez grant esperance ot en Dame Dieu et mout desirroit a vengier le damage que li Tur li avoient fet de sa gent.

Il atira ses batailles mout bien de sa gent a cheval et a pie; puis issi hors encontre ses anemis mout hardiement. Ne douta riens de la grant plente de gent quil avoient que bien savoit que Dieus estoit plus poissanz. Li Tur estoient pres diluec a trois miles delez un bois ou il fesoient cloies et eschieles et autres engins de maintes manieres; car cil avoient proposement et ce leur sembloit mout legiere chose que il asseissent la cite de Japhe et le Roi dedenz; ne cuidoient en nule maniere que il se poissent tenir ainz les en pensoient amener devant eus en prison ausi come bestes.

Mes quant il virent le Roi venir contreus et ses batailles toutes conrees amener avec lui trop se merveillierent coment cil les venoient requerre de bataille que il tenoient a desconfiz et a vaincuz. Lors corurent aus armes et ne douterent mie gramment ceus que il avoient autrefoiz si mal menez. Li nostre qui furent irie ausi come la lionesse a qui len tost ses faons se ferirent entreus et mistrent grant peine et grant entente a vengier leur freres et leur compaignons que cil avoient morz. Tant se penerent de grever leur anemis que si come Nostre Sires le vout cil se desconfirent.

Assez en i ot de morz li remenanz senfoi. Nostre gent qui estoient si pou ne les voudrent pas chacier ne sivre longuement que bien leur en poist mescheoir; ainz sentornerent ez heberges des Sarrazins; la troverent assez chamaus et asnes viandes de maintes manieres avoir robes et paveillons meismes de diverses facons; tout enporterent dedenz Japhe et fu la joie mout granz. Lors fu li roiaumes enpais entor set mois.

Au tens de lors que li roiaumes de Surie estoit en tel point Tancrez qui si estoit preuz et vaillanz assembla tant de gent com il pot avoir de la terre quil tenoit et assist une noble cite en la terre que len claime Celessurie: la citez avoit nom Apamie. Il maintint ce siege mout sagement; en maintes manieres greva ses anemis com cil qui assez en savoit et grant peine i metoit.

Par engins et par assauz les afebloia mout tant que par la grace au Saint Esperit la ville fu prise. Mout en fu eslargiz et creuz li pooirs du prince dantioche. Ce jor meismes chevaucha jusqua Lalische que li Grifon tenoient. Tant fist vers eus par prieres et par menaces que cil la li rendirent. Covenances orent entreus de que ceste fu lune: que tant com il tendroit la cite dapamie tant seroit sires de Lalische et se il perdoit lune lautre ne li seroit de riens tenue.

Len trueve ez anciennes estoires que uns puissanz rois Antiocus le fils Seleuce fonda ces deus citez et leur mist non des nons de ses deus filles: lune avoit non Apamie et lautre Laodice. Il a une autre cite de que messires sains Jehans parole en lapocalipse qui est contee entre les set citez de la terre daise la meneur et a non Lalische; mes ce nest mie ceste. Nostre Sires adrecoit si les voies et les oevres de Tancre le vaillant home que en un jor essauca mout la seigneurie que il tenoit: car ces deus citez avoient sous eles chastiaus forz et villes a grant plente qui furent ore mises sous le pooir dantioche.

Raisons estoit que bien li avenist car il amoit mout Dame Dieu et sa foi; loiaus estoit larges et bons chevaliers sages droituriers et piteus. Por teuz choses avoit la grace de Dieu et du pueple. Il est bien que vos resachiez coment Baudoins li cuens de Rohez se contenoit en cele terre qui estoit seue. Mout governoit bien et vigueureusement la seue baronnie; amez estoit de sa gent et mout doutez de ses anemis qui marchissoient a lui de toutes parz. Jusqua ce jor avoit este sanz femme; por ce espousa la fille a un haut home de la terre Gabriel avoit non dux de la terre de Meletene dont je vos parlai desus.

La damoisele estoit apelee Morfie; riche terre prist en lui et grant avoir. Cil Gabriel estoit nez dermenie; dabit et de langage se contenoit come ermins mes de foi et de creance estoit il Grifons. Il avint tandis come cil Baudoins estoit riches et en grant pooir a Rohez un suens cousins fu venuz de France qui le vint veoir Jocelins avoit non nez de Cortenai qui est uns chastiaus eu boschage pres de Gastinois.

Quant Baudoins le connut grant joie li fist bien sot que il navoit point de terre eu pais de que il poist maintenir soi et sa compagnie; lors se pensa que plus belle chose estoit quil le tenist entor lui que il le covenist aler ailleurs sa chevance querrant et estre soudoiers entor autre gent. Bien vit en lui signes et contenance par quoi bien connut certeinnement que il seroit sages et preuz; por ce li otroia toute la terre qui est outre le grant flun deufrate ou il avoit deus citez Corice et Tulupe.

Chastiaus i receut assez forz riches et granz et bien garniz: Turbessel Hantab Ravendel et assez autres. Il retint a son oes toute la terre jusqua ce flun deufrate qi plus estoit voisine a ses anemis. Une seule cite voult retenir outre le flun Samosate: cele ne dona il mie. Mout fu li cuens Baudoins sages homes et de grant porveance; bien gouverna tout ce qui li fu baille.

Mout gardoit bien la seue chose si que len disoit quil estoit un pou eschars; mes quant besoing estoit si le despendoit largement que il espandoit tout. De boivre et de mengier estoit mout atemprez; sanz bobanz et sanz orgueil se vestoit ne li chaloit gueres de quoi. Por teus choses fu en son pais riches et doutez. De la raencon Buiemont et coment li patriarches de Jherusalem sen ala en Antioche.

Or vos dirai de Buiemont qui en prison avoit ja este quatre anz. Sachiez que il qui estoit sages et mesurables porchaca tant par son sens que il fu mis a raencon. Bone seurte dona de rendre lavoir que il avoit promis; pour ce fu il lessiez aler et vint en Antioche. Li Patriarches et touz li clergiez et li baron de la terre et touz li pueple firent trop grant joie de sa venue. A procession le receurent come leur seigneur que il tant amoient que il avoient recovre. Il sot coment Tancrez ses nies li avoit bien gardee sa terre et creue mout de deus citez que il avoit conquises.

Mout sen loa et bon gre len sot. De la terre meismes li donna grant partie por tenir a touzjors a lui et a son oir. Ne ne demora mie granment que il li bailla tout le prince enterinement si com vos orroiz apres. Endementres cil Arnous arcediacres de Jherusalem dont je vous ai parle par maintes foiz si come estoit sa costume mist toute la peine que il pot en metre descorde entre le Roi et le patriarche Daimbert et fist tant que uns contenz qui avoit este entreus apaisiez resordi si que par la malice de celui ses clergiez se mist contre lui; assez li firent torz et hontes.

Li bons hom qui mout estoit religieus et mout amoit pais ne pot soufrir ces outrages que len li faisoit por ce lessa leglise et la cite et ala a garant en Antioche a Buiemont por lui demander conseil et aide; car il estoit mout ses amis. Cil le receut mout ennorablement come cil qui le tenoit a preudome; por ce meismes en ot il greigneur pitie que il avoit porchacie coment il fust esleuz a patriarche.

Selection by number of rooms

Et porce que il demorast plus ennorablement entor lui li fist baillier leglise de saint Jorge qui est dedenz Antioche et est mout bien doee de granz rentes et de riches teneures. Bien sacorda a ce Bernars li patriarches dantioche. Grant piece demora li bons hom iluec en tel maniere. Riens que cil Arnous poist fere qui a mal apartenist ne vout lessier.

Quant il ot porchacie que li Rois ot gite hors le Patriarche de la ville ne fina onques jusque il fist que li Rois meismes parla tant a un bon home qui estoit trop simples Ebremare avoit non que il le mist eu siege du patriarche. Icist avoit este de bone vie; eu premerein ost estoit venus avec les autres pelerins. Ne vouloit se bien non; mes cil Arnous le deceut trop malement qui entendant le fist que il seroit patriarches eu lieu de celui qui touz sains estoit a qui len avoit tolue sa dignete a grant tort. En celui an de lincarnacion Nostre Seigneur.

Cest une cite qui siet sur la mer en la terre que len seut clamer Fenice. Ele est desouz larceveschie de Sur; ele a le port bon dedenz les murs de la ville dehors meismes se poent bien reposer les nes tout asseur. La citez est mout bien assise entre les monz et la mer; bone terre i a gaaignable plenteive de beaus blez; uns fluns i cort que len claime Bele. Len dit que deus freres la fonderent: li uns avoit non Tholomeus li autre Acon. Mout la clostrent de forz murs.

D'une rive à l'autre du Sahara,

Par mi la partirent si que chascuns lot a sener a sa part; por ce ot ele deus nons. En aucunes escriptures ele est apelee Tholomaide en autres Acon por les nons aus deus freres. A cette cite vint li Rois o toute sa gent. Mes por ce que il navoit pas navie ne les pot pas mout destraindre; por ce fist trenchier les pomiers entor la ville. Aucuns de ceus de la ville trova dehors que il prist. Granz proies en amena de grosses bestes et de menues puis lessa son siege et se mist au retor vers son pais.

Il sen vouloit venir vers la cite de Cesaire mes eu leu qui a non Pierre encise delez Sur lancienne entre deus chastiaus de la marine li uns a non Cafarnaum li autres Dore ce claime len ore le Destroit la trova li Rois un grant troupeus de larrons et de robeeurs qui ne finoient de brisier les chemins et les pelerins desrober.

Len dist le Roi que il sestoient repost et sen voloient tapir tant que il fust passez. Il leur corut sus et si chevalier avec lui les espees tretes; pres que tous les ocistrent; aucun senfoirent qui leur eschaperent. Endementres que li Rois entendoit a ce li uns des larrons lanca un javelot par darriers et le feri entre leschine et les costes devers senestre pres du cuer. Mout en fu li Rois bleciez perilleusement. Grant tens mist au guerir mes au derrenier a queuque peines len guerirent li mire si come il porent; car touzjorsmes en fu puis dangereus et par eures li doloit li leus de la plaie tout freschement.

Puisque des autres barons avez oies les contenances bien est que vos resachiez coment le fesoit li cuens Raimonz en la cite de Tortouse qui fu conquise et lui donee si com vos savez. Viguereusement eslargissoit son pooir sur ses anemis. De grant maniere se traveilloit coment il poist esloigner les Mescreanz et croistre la foi Jhesucrist. Il choisi devant la cite de Triple pres a deus miles un tertre bien fort de siege il le ferma; dessus fist mout bele forteresce et bien la garni. En remenbrance de ce que eu pelerinage avoit este ferme le fist apeler Mont Pelerin: ce non a encore.

De ce chastel comenca a fere tant de maus a ceus de Triple et aus autres Turs du pais quil ne les lessoit durer tant que par force covint que il se censassent vers lui. Ne mie seulement cil des villes entor mes cil meismes de la cite nosoient venir contre ses comandemenz ainz li obeissoient ausi come sil fust sires de tout le pais.

Sa femme qui mout estoit bone dame et fine crestienne acoucha dedenz la cite de Tortouse dun fil qui ot non Alfons et tint la conte de Toulouse apres lui. Eu mois de mai en lan de lincarnacion Nostre Seigneur. Bien en cuidoit ore avoir le pooir mieus que devant car en cele seson grant plente de Genevois estoient arrive qui avoient amenees soissante dis galies garnies trop bien de quanque mestiers estoit. Tantost com li Rois le sot il envoia ses messages aus conses qui estoient chevetaine de cele gent et leur manda mout doucement que aincois que il sen retornassent en leur pais li vosissent une piece de tens aidier a guerroier les anemis de la foi; car encore nestoit pas lonc tens passez que preudome de leur terre i estoient venu qui mout bien aiderent a prendre la cite de Cesaire; de quoi la gent de Gene seroit mes touzjorz ennore: cil meismes i orent mout granz preuz des riches gaainz que len fist en cele prise.

Li conse oirent mout volentiers cele parole; mes toutes voies por le remanoir demanderent covenances. Sage home sen entremistrent qui parlerent tant deca et dela dunes choses et dautres que la chose fu acordee en ceste maniere que li Genevois auroient a touzjorz mes se tant avenoit que la ville fust prise la tierce part de toutes les rentes que len recevroit a la chaaine dacre des choses qui vendroient par mer en la ville et leur bailleroit len une rue ou il auroient toute jostise et une eglise qui seroit leur. Ces covenances plurent bien au Roi et a ses barons; afermees furent par serement et chartres en furent fetes.

Si com il orent devise a jor nome li Rois vint par terre li Genevois les costoierent par mer et assistrent Acre en tel maniere que len ni poist entrer ne issir. Lors drecierent engins de toutes manieres qui mout grevoient ceus dedenz; dars et darbalestes ne finoient de trere a ceus qui se mostroient aus defenses.

Poigneiz i avoit sovent bons et fiers par mer et par terre; si en ot en la ville en maintes manieres assez de mors et de bleciez. Li sieges ot ja dure vinz jors: cil qui estoient assis sentirent leur afebloiement et se comencierent mout a esmaier tant que par acort de tous firent parler au Roi et rendirent la ville par tel maniere que cil qui issir sen voudroient sen iroient sauvement et enmenroient leur femmes et leur enfanz et leur muebles et les conduiroit len jusque aus citez de leur genz ou il voudroient aler pres dilec.

Se aucuns deus en i avoit qui remanoir vosissent il auroient toutes leur teneures par rendant au Roi une some davoir chascun an por treu tel com il acorderent. Einsi entra li Rois en la cite qui lui fu delivree. Bien tint a Genevois leur covenant et par desus leur dona de biaus dons. Lors a primes fu delivree la voie de la mer; car nostre gent orent le meilleur port qui fust en cele coste et leur anemi furent bien esloignie dilec endroit. Si com Nostre Sires le vout en cel an meismes Buiemons qui estoit de prison venuz et li greigneur baron de sa terre Tancrez et Baudoins li cuens de Rohez et Jocelins ses cousins sassemblerent en un leu por emprendre aucunes choses de la guerre.

La fiancerent tuit quil passeroient le flun deufrate a un jor nomme et dilec iroient asseoir la cite de Carram que li Tur tenoient ne nestoit mie loing de Rohez. Chascuns se retorna dilec en son pais; tuit firent leur pooir de gent assembler. Au jor qui leur estoit mis passerent le flun puis sassemblerent a Rohez.

Il i ot des vaillanz homes avec eus qui estoient bon prelat et religieus: Daimberz de Jherusalem qui estoit essilliez hors de son pais Bernarz li patriarches dantioche Beneoiz larcevesques de Rohez. Chascuns de ceus amena tant de gent com il pot por aidier a la besoigne Nostre Seigneur et il murent de Rohez et vindrent devant la cite de Carram. Cest uns lieus ou Nostre Sires comanda a Abraham que il issist de son pais et de son lignage por avoir les promesses que il li avoit fetes. En ce leu meismes fu pris Crassus uns des granz princes de Rome et por ce que li Tur avoient conneue savarice li firent boivre or fondu tout chaut.

La vindrent li preudome que je vos ai dit por asseoir la ville. Nestoit mie granz mestiers que il laprochassent mout; car bien estoient assis se len leur peust veer lentree et lissue come cil qui petit avoient de viande leanz. Baudoins li cuens de Rohez les avoit si longuement tenuz pres que il ne leur lessoit leanz metre point de viande; por ce que il les voloit si destreindre que il li rendissent la ville.

La maniere par quoi nostre gent entendoit a guerroier estoit tele: entre Rohez et la cite de Carram na mie plus de quatorze miles; entre deus cueurt uns fluns que len fet par ruissiaus et par chenaus venir eu terres entor si que par la bonte de cele eaue sont li champ mout plenteis et assez i croist de froment et dautres bons bles.

Lonc tens avoit que la costume estoit tele entre ces deus villes deca et dela: les terres qui estoient deca celui flun apartenoient a ceus de Rohez sanz contredit celles qui estoient de lautre part tenoit la cite de Carram come seues propres. Li cuens Baudoins vit que si anemi ne pooient avoir point de viande se de ces deus terres non et la seue cite en avoit assez dailleurs; si vout mieus fere le damage de sa gent que si anemi en eussent ese: por ce enveoit souvent sa gent a ses terres et tenoit si corz ceus du pais que il ni pooient arer ne semer.

Par ceste chose cil de Carram orent trop grant soufrete et si grant mesese de ble quil nen trouverent se pou non. Li baron aperceurent que la ville ne se pooit pas longuement tenir; por ce saresterent ilec entor sanz assaillir et sanz fere giter perrieres ne mangoniaus. Li citeien de la ville des lors quil sorent que nostre gent devoient venir devant orent envoie aus princes dorient et leur orent mande que se len ne les secoroit par tens il ne se porroient mie longuement tenir. Tant orent atendue leur aide que il avoient grant destresce de fain ne nules noveles ne savoient que cil deussent venir.

Por ce parlerent entreus et orent conseil que mieus estoit de rendre la ville que morir de fain si vilment.

Mokoomba d’une rive à l’autre et les Moissons de la faim in Paris

Coment li Tur pristrent le conte Baudoin de Rohez et Jocelin son cousin. Tantost issirent hors aus barons et rendirent eus et la ville en leur mains. Tout mistrent en leur merci sans autres covenances fere a eus. Lors vint li deables qui sema entre les barons une grant envie de petit de chose; car entre Buiemont et le conte Baudoin sourdi uns contenz auquel des deus len bailleroit la ville et la qui baniere seroit mise sur la tor.

De ceste chose ne se porent onques acorder le soir; por ce fu delaie jusque a lendemain a recevoir la ville que len leur rendoit. En ce porent il bien apercevoir que ne fait mie bon delaier le bien que len puet faire; car aincois que il ajornast a lendemain si grant plente de gent et si fiere et si bien armee aprochierent de lost de nostre gent que il ni ot si hardis qui ne doutast de sa vie.

Il amenoient grant foison de viandes toutes fresches et quant il furent auques pres dilec il deviserent entreus que il feroient deus parties de leur gent: li un se combatroient aus noz et coment quil leur empreist ou bien ou mal li autre metroient dedenz la ville les viandes. Einsi le firent com il fu atiries. Tantost com il ajorna et li solaus fu clers qui pert en cele terre mout matin li Tur conreerent leur batailles; li autre qui menoient le charroi se tornerent vers la ville.

Cil qui combatre se devoient navoient mie grant esperance davoir le meilleur de la bataille ne de desconfire nostre gent aincois leur sembloit que il eussent assez fet se il les poissent detenir et destorber tant que la garnison de la ville ne fust par eus encombree. Li nostre les virent venir tous en conroi vers eus si redeviserent leur batailles. Li preudome les comencierent mout a semondre de bien fere mes ne valust riens nul amonestement car bien i parut que il navoient mie la grace Nostre Seigneur aincois lavoient par leur envie et par autres pechiez perdue.

Sitost come les premieres batailles furent assemblees li nostre senfoirent sans regarder li uns lautre; nus ne sot porquoi se por ce non que peor avoient. Chascuns aloit ne savoit ou fors la ou il cuidoit eschiver la mort: ne regarderent onques les tentes ne les hernois. Quant li Tur saperceurent que li nostre senfuioient tuit semerveillierent si pristrent cuer. Les ars dont il treoient avant pendirent aus bras et leur corurent sus aus espees et aus maces.

Tant en ocistrent com il voudrent: mort furent presque tuit. La fu pris li cuens Baudoins de Rohez et Jocelins ses cousins; en liens furent mene jusque en la parfonde paiennime. Li princes Buiemonz et Tancrez et les dui patriarche sen eschaperent de la desconfiture et senfoirent par voies repostes jusque il vindrent a Rohez. Li arcevesques de Rohez qui estoit simples hom ne se sot mie bien garder ains fu pris avec les autres et liez; bailliez fu a un crestien renoie qui estoit avec les Turs.

Quant il vit cel home et sot que il estoit arcevesques grant pitie len prist et dist que il metroit sa vie en aventure por celui fere eschaper. Aler len lessa tout quites si que il senfoi en tapinage; ne sai quanz jors apres les autres vint a Rohez: len le receut a mout grant joie car il estoit mout amez en la cite. Li princes Buiemons sot que li cuens Baudoins estoit pris si parla aus gens de Rohez et aus barons de la terre: par leur acort bailla la cite et toute la terre a garder a Tancre par tel covenant que se Dame Dieu delivroit leur seigneur de prison il la li rendroit toute quite sanz contenz.

Li princes meismes prist la terre Jocelin en la seue garde. Len ne trueve mie en nule estoire que en toute la terre dorient eust onques mes si perilleuse bataille des Latins ne si grant ocision de preudomes ne desconfiture si honteuse a toute la Crestiente. Estez estoit ja trespassez.

Li princes Buiemons estoit mout chargiez de grant dete il ne la pooit mie bien paier de chose quil eust; por ce porpensa de passer en sa terre de Puille et querre ilec avoir dont il saquitast. Chevaliers meismes disoit il quil en amenroit sil pooit car il en avoit pou eu prince dantioche por defendre la terre.

Il bailla la cite et quanquil i apartenoit enterinement a Tancre son neveu; puis se mist en mer et passa en Puille. Li patriarches Daimberz de Jherusalem ala avec lui. Ne demora mie granment Buiemons en sa terre de Puille; aincois prist bone compaignie de ses plus loiaus genz et se mist a la voie tant que il passa les monz et vint en France au roi Phelipe qui lors regnoit. De maintes choses parla a lui et tant fist que li Rois li bailla deus filles que il avoit: lune avoit non Costance nee de loial mariage; cele prist Buiemons a son oes et lesposa iluec.

Lautre avoit non Cecile; la contesse danjou laveit eue du Roi qui avoit lessie son mari et li Rois la tenoit come sa femme qui avoit autre femme toute vive de qui il ne fu onques dessevrez. Quant Buiemonz ot bien fetes ses besoignes en France il sen parti atout grant plente de chevaliers et dautre gent qui vouloient aler outre mer en pelerinage; puis vint en Puille.

Cele fille le roi de France Cecile que il avoit demandee a oes Tancre il envoia en Antioche et cil lesposa a mout grant joie. Li patriarches Daimberz de Jherusalem ala a Rome mout se plainst a lapostoile et aus chardonaus du roi Baudoin qui lavoit gite de son siege et les choses de leglise li avoit tolues: bien disoit que ce li fesoit fere Arnous ses arcediacres.

Grant pitie en orent tuit cil qui loirent car il tenoient le Patriarche mout a bon home. Li rois Baudoins ne se chastioit pas de ce que il avoit fet tel tort a leglise aincois fist avec ce une mauvese oevre; car sa femme que il avoit esposee loiaument quant il estoit cuens de Roez lessa du tout et se parti de lui sanz jugement de Sainte Eglise. Si pou prisa la loi de mariage que il par sa seue autorite la mist en religion et la fist devenir nonain en leglise madame sainte Anne la mere Nostre Dame: cest uns leus qui est en Jherusalem en la partie qui est devers Orient delez la porte qui a non Josafas pres dun lai ou len lavoit anciennement les berbiz du sacrefice et estoit apelee Probatique piscine.

La montre len encore une crouste qui estoit apelee la maison Joachin et madame sainte Anne. Iluec fu nee la glorieuse vierge qui le fil Dieu porta. Leans avoit trois povres femmes ou quatre qui vivoient en habit de religion. Mes quant li Rois i ot mise sa femme il enrichi le leu de rentes et de teneures. Lachoison por quoi li Rois se parti de sa femme ne fu onques seue certeinnement. Li un disoient que il la lessa pour prendre une autre plus riche car il estoit si povres de terres et de muebles quil li covenoit a fere meschief dont il poist issir de povrete; li autre que li Rois sestoit aperceuz que la Reine se contenoit folement de son cors ne ne li gardoit mie bien la loiaute quele li avoit promise au mariage: ce sembla il bien par la contenance que ele ot apres.

La Reine fist grant semblant quele ot grant joie au comencement de la religion et bien se contint honestement une piece; apres chanja son corage et vint au Roi demanda li que la lessast aler a Costantinoble por parler a ses parenz et prier que il feissent bien a labaie ou elle sestoit rendue. Par ceste achoison sen issi du roiaume et mist jus tout labit de religion et mena mout mauvese vie dilec en avant; son cors abandona a garcons et a autre gent; ne li souvint mie de lenneur ou ele avoit este.

Grant honte en fist a la hautece de reine bien en descovri par semblant le corage quele en avoit eu eu tens son seigneur.

Tant alerent ces choses que li anz fu passez. Li noviaus ans vint de lincarnacion Jhesucrist. Li bons cuens de Toulouse Raimonz preudom qui amoit Nostre Seigneur de beles contenances en toutes choses qui fist de si granz fez et de si hautes oevres que len en porroit un grant livre fere tout par soi; selonc le droit de la nature des homes et la volente Nostre Seigneur se parti de cest siecle le derrenier jour de fevrier. Bien pot estre li preuz a same car mout fist bele fin.

Mes en la terre doutre mer fu il mout grant damage de sa mort. En son leu fu sires de la terre quil tenoit Guillaumes Jordains uns suens nies et maintint le siege de Triple en la maniere que il lavoit comencie.